Où sont passées les femmes … artistes ?

En mettant les pieds dans un musée, peut-être êtes-vous surpris du peu de noms féminins que l’on peut voir inscrits au bas des œuvres. Si l’on vous demande de citer 5 noms d’artistes célèbres, qu’allez-vous répondre ? Picasso, Gauguin, Renoir, Monet, Cézanne… ? Les hommes viennent facilement en tête tandis que l’on peine à trouver des artistes féminines aussi connues.

Pourtant, il y a fort longtemps, les femmes étaient partie prenante dans l’art. La grotte de Gargas, située dans le département des Hautes-Pyrénées, en est un témoignage émouvant. On y retrouve sur les murs près de 200 mains peintes en négatif, hommes, femmes et enfants confondus, réalisées entre -29.000 et -22.000 ans avant notre présent !

 mains peintes en négatif sur une paroi de la grotte de Gargas
Des mains peintes en négatif sur une paroi de la grotte de Gargas dans les Hautes-Pyrénées

Et pourquoi ne pas imaginer que la fresque antique ci-dessous ait pu être réalisée par une  artiste de sexe féminin ? Ce serait tout à fait possible à cette époque où la femme est l’égale de l’homme devant la loi.

 fresque égyptienne avec des femmes artistes
Une fresque égyptienne

La première preuve incontestable d’une activité artistique féminine est une fresque retrouvée sur les murs de Pompéi, qui date d’environ 2000 ans.

Et après ?? A vrai dire, on ne sait pas trop. Les historiens sont confrontés à un vide biographique, notamment durant le moyen-âge. Pourtant, tout comme dans le domaine de la santé, on estime que les femmes ont bel et bien joué un rôle artistique majeur ces deux derniers millénaires. Or, dans les faits,  cet art était plus une activité « utilitaire » pour les besoins de l’artisanat, de l’ornement des lieux saints ou des tombes, et de l’enluminure.

Surtout, la création d’œuvres comme fruit de l’expression d’un « génie artistique » nécessite une éducation et un apprentissage dont les femmes étaient très souvent écartées.

L’art baroque, une période faste pour un artiste…pourvu qu’il soit né homme.

L’art baroque est un mouvement artistique d’origine italienne qui perdura du XVIème au XVIIIème siècle. L’exagération du mouvement, la surcharge de décorations, les femmes éplorés, les mâles virils aux muscles saillants, les visages illuminés d’émotions exagérés, le tout ponctué d’un clair obscur détonant… Difficile de passer à côté quand on profite de vacances en Italie.

Les riches mécènes sont nombreux. N’importe quel peintre avec un minimum de talent peut vivre confortablement de son art. Pourtant, comme dans les musées, on n’entend jamais aucun nom féminin dans ces aréopages de peintres et de sculpteurs.

Et pour cause, une femme n’a pas le droit d’être considérée comme une artiste. Il lui est interdit de signer ses œuvres, d’acheter du matériel de peinture, d’être rémunérée pour sa peinture ou encore, de faire de la sculpture. Ajouté à cela, les sujets qu’une femme peut peindre sont limités. Elle n’a le droit de dessiner que des portraits et des natures mortes et a interdiction d’assister à des séances de pose nue. Une femme qui aurait l’outrecuidance de surpasser ces quelques droits se retrouverait dans une inconfortable situation vis-à-vis de la justice, mais aussi de la société en général. Comme on l’expliquait précédemment, la condition de la femme à cette époque a peu changé depuis le moyen-âge. Sans la tutelle d’un homme, une femme n’a que deux choix pour subvenir à ses besoins : la prostitution ou le couvent.

Sofonisba Aguissola est certainement l’exemple le plus célèbre de l’artiste talentueuse mais enchaînée à sa condition de femme. Cette Italienne née au XVIème siècle réalise de nombreux portraits pour la cour d’Espagne. Mais ses œuvres ne sont pas signées, et c’est son frère qui reçoit l’argent versée par la royauté espagnole. D’ailleurs, officiellement elle a le statut de dame de compagnie.

Artemisia Gentileschi : la femme (Artiste) qui refuse l’oppression patriarcale de la Renaissance

Heureusement, une femme exceptionnellement forte, intelligente et talentueuse, a eu assez de courage et de résolution pour mettre un coup de pied dans la fourmilière. Son destin, d‘abord dramatique et marqué par la maltraitance d’un homme et d’une justice pervertie, fera finalement d’elle la première femme de l’histoire à avoir le droit d’être officiellement reconnue comme artiste en 1616. Le terme de « révolution » n’est pas usurpé pour qualifier cette reconnaissance puisque Artemisia obtient les mêmes droits qu’un homme,  ce qui lui confère une liberté exceptionnelle pour une femme de cette époque comme je le détaille dans ma vidéo ! Je vais vous narrer l’histoire brutale mais aussi pleine d’espérance de cette femme artiste exceptionnelle qui exprime sa colère et ses revendications envers une société pourrie par des traditions misogynes à travers des peintures extraordinairement vivante et violentes…

 

 

Bibliographie:

Artemisia (2017)
Artemisia de Nathalie Ferlut (2017) 

Matthieu DENAUX

Ingénieur-docteur en génie mécanique, et passionné d’histoire, Matthieu DENAUX est le créateur de la chaîne youtube « ArgosRaconte » dédiée aux personnalités historiques oubliées.

Lisez aussi  Trotula de Salerne, une féministe au moyen-âge ?

Argos raconte

Ingénieur-docteur en génie mécanique, et passionné d’histoire, Matthieu DENAUX est le créateur de la chaîne youtube « ArgosRaconte » dédiée aux personnalités historiques oubliées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.